Saxophone

Un bec de Saxophone

 

Un bec de Saxophone

Le saxophone est un instrument de musique à vent breveté par en 1846 par Adolphe Sax, appartenant à la famille des bois.

Il ne doit pas être confondu avec le saxhorn, de la famille des cuivres, mis au point, lui aussi, par Adolphe Sax.

 

Sommaire

 

 

Description

L'instrument est composé de trois parties soudées ou collées réalisées en laiton : le corps conique, la culasse et le pavillon. Les clefs (au nombre de 19 à 22 selon les membres de la famille) commandent l'ouverture et la fermeture des trous latéraux percés sur le corps. L'extrémité haute du corps est prolongée horizontalement par le bocal (démontable) qui porte le bec (en ébonite ou en métal), équipé d'une anche simple attachée avec une ligature.

Le son du saxophone est produit à l'aide d'un bec et d'une anche en roseau (le plus souvent) ou plastique et non pas à l'aide d'une embouchure métallique comme pour les cuivres. C'est la vibration de l'anche sur la facette du bec qui permettra l'émission du son par mise en vibration de la colonne d'air contenue dans le corps de l'instrument.

Bien que métallique, le saxophone appartient donc à la famille des bois (à cause de sa source de vibrations, l' anche) même s'il est parfois par abus de langage considéré comme faisant partie de l'ensemble des cuivres (où la vibration est produite par les lèvres dans une embouchure), notamment en jazz. De plus il tend à se rapprocher de la sonorité des cordes (ceci est stipulé dans le brevet d'invention du saxophone), ce qui en fait le chaînon manquant faisant le lien entre cordes, bois, cuivres et percussions (grâce aux sons slappés).

Le saxophone s'accorde avec les autres instruments en faisant légèrement varier l'enfoncement du bec (modulable grâce au liège entourant l'extrémité du bocal). Il présente parfois des ressemblances avec la clarinette (notamment le soprano), dont il diffère cependant par sa perce conique au lieu d'être cylindrique. C'est d'ailleurs cette dernière particularité qui lui permet d'être un instrument octaviant (alors que la clarinette quintoie) : le but même de sax lorsqu'il imagina son nouvel instrument.

Saxophone alto

Saxophone Alto

La famille des saxophones

La famille des saxophones conçue par Adolphe Sax comprenait 14 tailles. Seules six sont encore utilisées couramment aujourd'hui.

  • le saxophone sous-contrebasse (très rare, en si bémol).
  • le saxophone contrebasse (rare, en mi bémol. Un nouveau mini-contrebasse a été réalisé en 1999 : le tubax)
  • le saxophone basse (assez rare, en si bémol)
  • le saxophone baryton (en mi bémol)
  • le saxophone ténor (en si bémol)
  • le saxophone C-mélody (en ut, ténor mais non transpositeur, très rare aujourd'hui)
  • le saxophone alto (en mi bémol)
  • le saxophone soprano (en si bémol)
  • le saxophone sopranino (assez rare, en mi bémol)
  • le saxophone sopranissimo (rare, en si bémol : instrument mis au point par B. Eppelsheim en 2002 - parfois appellé "soprillo")
  • Saxophone baryton

Saxophone Baryton

Les plus utilisés sont le soprano, l'alto, le ténor et le baryton. Ils composent les quatuors de saxophones. Dans les quatuors de saxophones, le soprano est parfois remplacé par un second alto.

Saxophone soprano

La totalité des saxophones actuels sont des instruments dits transpositeurs, c'est-à-dire que par exemple lorsqu'un saxophone alto joue un do, la note sonne comme un mi bémol de piano. La raison réside dans le fait que Sax a fabriqué deux séries de saxophones : dans la première série, les instruments étaient accordés en ut ou en fa et étaient destinés aux orchestres symphoniques, la deuxième série (celle que nous connaissons aujourd'hui) était accordée en si bémol et mi bémol et devait servir pour les fanfares militaires. Cependant, les musiciens d'orchestre ayant boudé les instruments Sax, alors que celui-ci trouvait de nombreux débouchés dans les musiques militaires nouvellement réformées, les instruments en ut ou en fa tombèrent peu à peu en désuétude : ils ne sont plus fabriqués après 1930 par les facteurs principaux de saxophones.

 

Cet instrument comporte trois registres : grave, médium et aigu, sur un ambitus de deux octaves et une quinte. Dans de nombreuses musiques contemporaines et actuelles on utilise aussi le sur-aigu dont les notes sont obtenues à partir de doigtés spéciaux permettant de faire sonner un harmonique particulier.

De par son invention tardive, et même si des compositeurs comme Bizet ou Ravel ont reconnu ses mérites et l’ont parfois utilisé, le saxophone occupe une place assez marginale dans la musique classique et se trouve rarement représenté dans les orchestres symphoniques. Cependant, il reste incontestablement l'instrument roi du jazz, et la musique contemporaine en a fait l'un de ses instruments fétiches depuis les années 1980, en soliste comme en petits ensembles.

Saxophone ténor

Histoire du saxophone

Le belge Antoine Joseph Sax, dit Adolphe Sax (1814-1894) a cherché inlassablement à perfectionner les instruments de musique, et plus particulièrement les instruments à vent ; il en a amélioré la justesse, la qualité de la sonorité ainsi que la facilité de jeu (il a déposé 33 brevets).

Le tout premier saxophone construit par Sax, à Paris, en 1842, était un saxophone baryton en fa. Ce tout premier saxophone présentait toutes les caractéristiques du saxophone actuel : tube métallique à perce cônique, bec à anche simple et système de clefs Boehm, mais il avait encore la forme générale d'un ophicléide.

En 1844, le saxophone est exposé pour la première fois à l'Exposition Industrielle de Paris. Le 3 février de cette même année, Berlioz, un grand ami de Sax, dirige lors d'un concert son choral Chant sacré qui inclut le saxophone. En décembre, le saxophone fait ses débuts d'orchestre au Conservatoire de Paris dans l'opéra de Georges Kastner, "Dernier Roi de Juda".

Le 21 mars 1846 Sax dépose son brevet pour "un système d'instruments à vent dits Saxophones" qui comporte huit instruments. La réorganisation complète des musiques régimentaires et l'adoption par l'armée française, en 1845, des instruments de son invention (saxhorns, saxophones, saxotrombas) ont placé Sax en position de monopole de fourniture de ces instruments.

Le brevet d'invention de Sax expire en 1866. La Compagnie Millereau fait alors breveter le Saxophone-Millereau, qui possède une clef de fa # bifurqué. En 1881, Sax étend son brevet d'invention original : il allonge le pavillon pour inclure un si bémol grave et un la et étend également vers le haut en ajoutant fa # et sol à l'aide d'une quatrième clef d'octave.

Entre 1886 et 1887, L'association Des Ouvriers invente la clef de trille do pour la main droite, le système de demi trou pour les premiers doigts de la main, l'anneau de réglage d'accord et la double clef; améliore le sol articulé pour que la clef de sol puisse être maintenue tandis que n'importe quel doigt de la main droite est employé, améliore le fa # bifurqué et ajoute un si bémol grave. Lecomte inventera en 1888 la clef d'octave simple ainsi que des rouleaux pour le modèle mi b -C basse.

La société Adolphe Sax & Cie a été rachetée par la société H.Selmer & Cie en 1928 (le premier saxo Selmer modèle 22 est né en 1921). Depuis lors, l'entreprise Selmer a participé à l'amélioration de la fabrication des saxophones, ce qui lui a valu de conquérir le marché américain et de s'imposer en Europe. Les autres anciens facteurs de saxophones (Buffet-Crampon, Millereau, Gautrot, Couesnon) présents à la fin du XIXe siècle, ont été progressivement supplantés par des marques internationales : Adler, Huller (Allemagne), Yamaha et Yanagisawa (Japon).